Dans les souliers d’Anne‑Gaëlle Daval, réalisatrice et costumière

À l’occasion de la sortie de son premier long métrage, Anne-Gaëlle Daval a reçu Laurent Weil à l’atelier Caraco dans le 9e arrondissement de Paris.

Intitulé "De plus belle", son film nous plonge dans l’intimité d’une femme atteinte d’un cancer du sein. Cette comédie dramatique porte un regard tendre et décalé sur ce personnage interprété par Florence Foresti, qui devra réapprendre à aimer son corps. Un apprentissage qui se fera au gré des rencontres entre autres avec le personnage campé par Mathieu Kassovitz et d’une passion : le cabaret.

C’est d’ailleurs la découverte du cabaret, cet univers parfois loufoque, souvent coloré qui a mené Anne-Gaëlle Daval à réaliser ce film. Les tenues extravagantes des danseuses l’ont tout de suite interpelée, elle qui a fait du costume une vocation.

Elle dit d’ailleurs s’être inspirée des films de son enfance pour dessiner des tenues extravagantes à ses poupées « J’ai toujours tricoté, fait des costumes pour mes poupées Barbie ».

C’est dans la série Kaamelot qu’elle obtient le poste de chef costumière et qu’elle s’essaye aux costumes d’époque, selon elle un exercice plus aisé que le costume contemporain.

À ses yeux, le costume est un outil pour l’acteur il vient souligner un trait de caractère ou mettre en relief une émotion. À l’inverse, pour le costumier le corps de l’acteur est aussi un outil sur lequel il devra élaborer le costume, de manière à lui faire raconter une histoire.

Avant même de réaliser les premiers croquis, Anne-Gaëlle explique attribuer une couleur à chaque personnage dans l’optique de se contraindre, c’est dans la contrainte qu’elle trouve l’inspiration. Ainsi, pour le personnage interprété par Florence Foresti, elle explique :

Florence, elle est bleue et courte donc elle montre ses jambes mais en même temps point trop n’en faut. Elle est très montante et ça va symboliser le début de sa féminité.

Découvrez son travail dans son film "De plus belle" en salle depuis le 8 mars 2017.